Forme de Yang Lu Chan

Publié le par patricia

      Ce petit document que j'ai fait pour mes élèves peut  peut-être vous éclairer un peu mieux sur le style de Yang Lu Chan.
Il n'a pas la prétention d'être complet, je l'ai simplifié au maximum pour éviter de s'y perdre, gardant , je l'espère l'essentiel de son histoire.
Au cours de mes recherches , j'ai pu constater beaucoup de contreverse, voir de contre-vérité. J'ai essayé d'être le plus près de ce qui pourrait être la réalité en gardant des réserves. Mais je crois finalement qu'importe de savoir exactement ce qui s'est réellement déroulé, gardons plutôt à l'esprit l'essence de cet art et surtout soyons ouvert à l'évolution permanente d'une forme, car le mouvement est la vie .
Ce document se veut surtout une aide pour mieux comprendre  et appréhender ce style de Tai ji Quan


 FORME ANCIENNE DE YANG LU CHAN












 

UN PEU D'HISTOIRE :

 Il y a aujourd'hui de nombreux styles de Taï Chi Chuan dont l'origine et  la paternité sont le plus souvent attribuées à un moine Taoïste du nom de Chan San Feng qui aurait vécu sous la dynastie des Song (900 à 1279).

         Il aurait été introduit dans la province du Hénan par Wang Tsung-yueh dont on sait seulement qu'il fut natif du Shanxi et aurait vécu sous la dynastie Ming (1368-1644) et qu'il aurait transmis son Art au Clan familial des CHEN.

      Cependant, ce n'est véritablement et seulement qu'à partir de la fin du XIX ème siècle que l'on parvient à en suivre l'évolution de manière plus précise. 

    Jusqu'à cette date, il semble que le secret de cet Art était jalousement conservé au sein du Clan de la famille CHEN qui se le transmettait de génération en génération et c'est d'ailleurs de ce style CHEN dont est issu le style YANG qui est désormais le plus répandu .

    On raconte qu'un homme parvint cependant à en percer les secrets en  se faisant engager par le clan CHEN en qualité de serviteur et que par sa patience et son talent parvint après plusieurs années à leur service, à convaincre le Maître du Clan CHEN à lui enseigner les secrets de cet Art, qu'il développa à son tour ensuite.

   Cet homme devenu une légende en Chine s'appelait YANG LUCHAN (Yang "l'invincible") et c'est lui qui est à l'origine de la forme YANG, aujourd'hui la plus enseignée dans le monde grâce à ses fils et plus particulièrement à son petit fils Yang Chengfu (lequel est à l'origine du "Grand enchainement"qui en est la forme la plus répandue.

 

 

      

 

 

 UNE PETITE LEGENDE :

YANG LU CHAN  : YANG L'INVINCIBLE

Yang Lu Chan (de son vrai nom Yang Fukui) est né en 1799 dans une famille modeste.

Il aurait d'abord été initié au style de wushu :  Chang Quan et au Hong Quan.

. Vers 1850 il entra au service de la famille Chen en tant que jardinier.  
Pationné d'arts martiaux, il fut conquis par ce style. À l'abris des regards, il le pratiqua, seul. Un jour, il fut découvert. À noter qu'en ce temps, pratiquer le style d'une famille qui n'est pas la sienne, sans l'approbation du grand maître, était intolérable. La punition variait d'infliger des blessures graves pour s'assurer que la personne ne puisse pratiquer un art martial jusqu'à l'exécution. Il fut trainé devant Chen Chang Xing pour y recevoir sa sentence. Il fut contraint à démontrer ce qu'il avait appris et, voyant son agilité Chen Chang Xing décida de la prendre comme étudiant.

Il étudia ainsi pendant 10 ans puis retourna dans sa famille. Au cours d'une compétition populaire, dans son village natale, Yang Lu Chang perdit ses combats. Il décida donc de retourner étudier. 10 ans plus tards, il revint dans sa famille. Et dans une compétition populaire, il gagna, mais de justesse. Il décida donc de

retourner étudier mais cette fois-ci Chen Chang Xing refusa de lui enseigner. Yang Lu Chang le supplia en toute humilité pendant des jours mais, à chaque fois, il refusa. Une journée ensoleillé, Chen Chang Xing, avancé en âge, décida de faire une sieste. Alors qu'il se retourna dans son sommeil, juste au moment où sa tête serait tombé de ce qu'il utilisait comme oreillé, Yang Lu Chang, par affection pour son maître, tint la tête Chen Chang Xing pendant le restant de son sommeil. À son réveille, il demanda à Yang Lu Chang de l'accompagné à la cours et il lui enseigna. 10 ans plus tard, Chen Chang Xing évalua que Yang Lu Chang avait assimilé tout ce qu'il pouvait lui enseigné. Il lui donna la permission d'enseigner le

Taijiquan à ses élèves dans la capitale et ils se quittèrent. Dans la capitale, Yang Lu Chang prit par à une compétition populaire et acquis le titre d'«invincible». Lu chan

 

  LE CONTEXTE POLITIQUE

    Depuis 1644, la Chine est dominée (jusqu'en 1911) par la Dynastie Qing d'origine Mandchoue et qui a succédé à la Dynastie Ming d'origine Chinoise et c'est l'impératrice douairière Tseu Hi (Cixi) d'origine Mandchoue qui à cette époque règne sur la Chine,à compter de 1861, date de l'intronisation de son fils Tongzhi à peine âgé de 6 ans comme empereur.

Les Chinois considèrent les Manchous comme des occupants et vivent très mal cette oppression (la plupart des hauts postes de dignitaires sont donnés à des Mandchous, et la classe dirigeante parle Mandchou).

(Cette situation aboutira d'ailleurs en 1899-1901 à la "Guerre des Boxers", initiée au départ par une société secrète "Le poing de la concorde et de la justice" pour lutter contre les Mandchous et conduira par la suite à l'occupation des légations étrangères ("les 55 jours de Pékin").

    C'est dans ce contexte politique particulier que  YANG Luchan qui par sa notoriété était devenu instructeur de la garde impériale et enseignait le Taiji Quan aux princes et aux nombreux membres de la haute noblesse d'origine Mandchoue, répugnait cependant à leur  enseigner tous les secrets de l'Art qui l'avait rendu si célèbre, et c'est la raison pour laquelle il ne leur enseigna qu'une forme restreinte.

     Seulement, de nombreux pratiquants d'arts martiaux d'écoles    diverses sollicitèrent ultérieurement son enseignement.

    Craignant alors d'éveiller les soupçons des Mandchous à son égard s'il leur transmettait la vraie forme, il ne put faire autrement que de continuer à propager le même style, de telle sorte qu'il s'est trouvé contraint de garder secrète la "Grande Forme" qu'il avait créé.

      A la mort  de YANG Luchan en 1872 à l'âge de 74 ans, la situation de l'Ecole YANG était assez complexe: la "Grande Forme" n'était enseignée qu'en secret tandis que la "Petite Forme" connaissait un vif succès tant auprès des Chinois que des Mandchous.

      

EVOLUTION DU STYLE DE YANG LU CHAN

 Le style de maître Yang portera d'abord les noms Mian Quan (Boxe molle ou boxe du coton), et Huan Quan (Boxe de l'esquive). Mais quand fut découvert un traité de Taiji Quan de Wong Zong Yue, il décida d'appeler son art : Taiji Quan Yang. 

Plus tard Yang gagna Pekin où il enseigna à de nombreux membres de la noblesse de la dynastie des Qing. Pour rencontrer les besoins d’un plus large public et d'une situation politique déplaisante, il élimina les mouvements les plus difficiles tels que coups de pieds sautés, pas tombant en fourche, postures basses rampant tel un serpent,… Il n’enseigna dès lors le style d’origine qu’à de rares disciples triés sur le volet.

L’un de ses fils Yang Jianhou (1839-1917) révisa également la forme pour se mettre en accord avec les besoins de son temps: «rendre la santé au peuple». 

Yang Cheng Fu, petit fils de Yang Luchan révisa une fois de plus la forme pour développer la «Grande Forme». Simple et facile à apprendre, la grande forme est devenue le style de Taiji Quan le plus populaire aujourd’hui.

 

 

ORGANIGRAMME SIMPLIFIE

 

 

CHEN CHANG XING 


YANG LU CHAN  Père(1799 - 1872)


YANG JIAN HOU  - Fils  (1842 - 1917 ) 


YANG SHAO HOU  (1862 - 1928)      Petit fils        YANG CHEN FU ( 1883 - 1936)


WU TU NAN (1884 - 1989) Elève  


CHANG YIU CHUN  Elève  


ERLE MONTAIGUE ( 1949 -


GEORGES SABY


THIERRY ALIBERT 1965 -

 

 

 

Citations :

Pour moi, l'évolution de toute technique et de tout art est naturelle, s'il sait conserver ce qui en fait sa spécificité. Cette quête des origines n'a pas lieu d'être si elle ne vise qu'à conférer un label de qualité à l'une ou l'autre. Pour ceux qui pratiquent le Tai Ji Quan pour la santé et le bien-être, toute forme est bonne à pratiquer. Pour ceux qui souhaitent rechercher l'essence de cette pratique

martiale, il est en revanche intéressant de revenir à ses racines afin d'en retrouver la quintessence.

Maître SUN Gen Fa 


Publié dans peuples

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
J
<br /> Bonne continuation!!<br /> <br /> <br />
Répondre
A
<br /> Très bel article sur le taichi chuan! Je suis pratiquant aux Temps des Corps à Paris où j'étudie le style WU avec maître Chen Y Rhé<br /> Bien sûr, j'ai également appris le style Yang et Chen! ( Kung fu interne)<br /> Pour moi, cet art martial ma apporté beaucoup de choses positives!<br /> C'est une forme de poésie et une façon de vivre!<br /> Chère Patricia, j'aimerai bien connaître d'avantage ce style!<br /> A bientôt et amitiés sportives<br /> <br /> <br />
Répondre