pause

Publié le par patricia

Je me perd de plus en plus souvent dans ce monde de consommation, de production, de rentabilité...Ou est l'humain, la tolérance, la sagesse, la patience , l'abnégation....
Je me perds dans les phrases prononcées, phrases non réfléchies , de jugement, d'indifférence. Ou est la liberté de chacun, le respect de chaque chose, la compassion.....
Je me perds dans les regards qui fuient, les gestes stoppées, les mots non dits...Ou est le courage des actes, l'acceptation de ces élans, la responsabilité de ces paroles....
Suis-je moi même dans ce schéma, sans m'en rendre compte,  objet stéréotypé de notre société ?
Je fais face dans mes cours, mais parfois, je suis touchée, éclaboussée par cette consommation que je peux sentir,, j'en entends des remarques, j'en vois de l'indifférence, as t-on oublié de regarder au fond des cœurs.
J'ai cette remarque qui m'a transpercé quand je suis revenue après mon arrêt de travail, une personne s'inquiétait  et me demandait quand je rattraperais le cours que je n'avais pas pu assurer, étant blessée.
Je crois que le pire a été d'expliquer que les arrêt de travail ne se rattrapait pas.
J'ai fait face dans mes cours, mais ce petit handicap physique a rendu mes barrières vulnérables et j'ai souvent été à vif , à fleur de peau,  trop sensible  et perméable aux émotions.
J'ai perdu la patience à l'intérieur et je me suis laissé rongée par le doute.
Suis-je arrivée à un point ou je dois envisager un autre métier, suis-je blasée, posons les vrais mots pour mieux avancer, ai-je encore quelque chose à offrir, à donner, à partager...
Ces questions sont revenues souvent ces deux derniers mois....Souvent
Et puis, cette semaine est presque ma dernière de cette saison, et des réponses petit à petit .
J'ai regardé "mes enfants" passer leur grades en kung fu, ils m'ont rendu fière de ce que j'enseigne tant dans la technique que dans"l'humain". Ils m'ont fait comprendre que transmettre c'est ce que j'aime , c'est là que j'ai l'impression de faire mon boulot "d'humaine", de stopper cet anonymat de la personne pour voir éclore des coeurs...d'être dans la voie rouge, celle du cœur, celle qu'il y  a longtemps j'ai choisi.
J'ai regardé mes pratiquants de tai ji quan bouger ensemble, lier leur énergie, embellir ma journée d'une autre cueillette de couleurs, apaiser un instant mon âme et c'est beau de lire sur ces visages ce que souvent ils ne laissent pas paraître c'est cueillir en quelques secondes des brassée d'amour et de paix, de tolérance et d'ouverture.
Ma foi s'est renforcée, et même si ce n'est pas toujours facile d'enseigner, heureusement qu'il y ces moments là, ces rencontres aussi avec de belles personnes, cet éveil d'autres, et l'ouverture de certains, ce n'est pas un salaire, ni une récompense, bien plus que cela c'est l'origine et la source de la force qui nous pousse à continuer encore un peu.....
Ecrire ces mots, c'est prendre conscience des faits, ne pas les ignorer, les énoncer clairement pour partager, pour guérir aussi et donner de l'espoir a d'autres enseignants......

Publié dans Ecrits

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article